Edito

Ami lecteur bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue sur ce vol direct à destination des Etats-Unis d'Amérique, et de la mythique Route 66.  Ce voyage vous emmènera de Chicago (dans l'Illinois) à Santa Monica (en Californie).

Alexis

Musique

Partager !
FacebookTwitterDiggGoogle BookmarksLinkedin

Mount Olive, Illinois

Aujourd’hui nous retournons dans l’Illinois dans une petite bourgade d’environs 2150 habitants qui porte le nom de Mount Olive.

L'avènement du réseau routier national en 1926 a inauguré un âge d'or pour "mom-and-pop entrepreneurs". Pour Henry Soulsby de Mount Olive (Illinois), il est arrivé juste à temps. Monsieur Soulsby est le fils d'un immigrant irlandais qui travaillait dans le secteur minier. Vers le milieu des années 1920, une blessure le force à ne plus descendre au fond.

Très vite, il comprend que la Route 66 va bientôt passer à travers Mount Olive, il investi la plupart de ses économies dans deux lots à l'angle de la First Street et conçoit lui-même un bâtiment en s'inspirant de l'environnement et la région qui l'entourent. Lorsque Henry Soulsby part à la retraite, ses enfants Russell et Ola Soulsby reprennent la station, un partenariat qui durera jusqu'à la mort d’ Ola en 1996.

Route 66 a été un grand agent de progrès et de développement pour les régions qu'elle traversait, mais ce succès a contribué à sa perte. Vers la fin des années 1950, l'Interstate 55 a commencé la supplanter dans l'Illinois. À Mount Olive, la Station Soulsby fini par être à un mile de la nouvelle artère. En 1991, la station de Soulsby a dû arrêter son activité, mais elle a continué de vérifier l'huile, de vendre les boissons gazeuses, et de saluer la légion sans cesse croissante des touristes, nostalgique de le grande époque de la Route 66.

Russell et Ola ferment les portes pour de bon en 1993 et en 1997, ils vendent la station à un voisin, Mike Dragovich. M. Dragovich, et le Soulsby Preservation Society a entrepris des efforts de conservation en 2003: supprimer le bardage en vinyle, restaurer les portes et les fenêtres d'origine, et repeindre l'extérieur. En 2004, le National Park Service a fini par accorder un soutient pour les efforts de restauration entrepris. Aujourd'hui, la station est presque la même que lors de son apogée après la Seconde Guerre mondiale. Elle a été inscrite au registre national des lieux historiques en 2004.

 


Carnet de voyage de la Route 66

De la route 66, que reste-t-il réellement aujourd’hui ? Des vestiges d'une époque révolue, symboles d’une Amérique conquérante ? De rares fragments préservés et désormais fléchés sous le nom d’« Historic Route 66 » ? Des traces infimes que ses habitants, laissés pour compte du monde de la finance ou de la haute technologique, survendent à des touristes nostalgiques ?

En parcourant cette route mythique en Harley Davidson, Stéphane Dugast et Christophe Gérald sauront. A condition d’être animés par l’esprit de ses pionniers, de rester curieux et de partir à la découverte de ces gens qui continuent de perpétuer l’Esprit « Route 66 ». Un an et demi après l’élection porteuse de tant d’espoirs de Barrack Obama, nos voyageurs écrivains photographes prennent le pouls du coeur de l’Amérique. Une aventure en quête de sens, de rencontres et d’imprévus. Plus de 400 photographies inédites, fortes, paysages et portraits de personnages insolites croisés sur la route. Pour que ce voyage, façon road movie, devienne une véritable odyssée…

 

Pour en savoir plus, cliquer sur l'image...

Depuis 2000, Stéphane Dugast réalise des reportages sous toutes les latitudes mais plus particulièrement autour du monde de la mer et de l'univers polaire. Reporter, il collabore à Cols Bleus, l'hebdomadaire de la Marine depuis 1945 et à différents titres de la la presse magazine. Il réalise également des films documentaires pour la télévision dont France 3. Stéphane Dugast est aussi l'auteur de l'ouvrage maritime La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97, préfacé par Bernard Giraudeau ainsi que de l'ouvrage polaire Dans les pas de Paul-Émile Victor. Vers un réchauffement climatique ?, préfacé par Nicolas Hulot.

 


Le musée miniature

Depuis que ce blog est ouvert, j'ai souvent eu l'occasion de vous emmener en "voyage virtuel" dans divers endroits insolites des Etats-Unis. Ensemble, nous avons découvert des musées, des monuments et même des artistes. Aujourd'jui nous nous rendons dans l'ouest de la France, pour y découvrir le musée de Monsieur Louis Ame, un passionné que l'on dirait tout droit sorti d'une ville sur le bord de la route66.

 

le mini musée de Louis Ame

 

Ouvert depuis le 29 mai 1993, le lieu vaut le détour. Pancartes colorées et drapeaux annoncent fièrement le musée en bordure de mer, à la Quesmière : un coin de rêve pour les amoureux de la mythique Route 66. À partir de photographies, Louis Ame décide de reproduire les engins hors normes qui la pratiquent, en utilisant des matériaux de récupération et en façonnant chaque pièce à la main.

Sa première réalisation, après deux ans de labeur et de patience, est un Kenworth de vingt mètres de long, réduit à l'échelle 1/10 e . Dans cet espace réduit, il fait également cohabiter un chalutier malouin paré pour la pêche sur les côtes de Cornouaille, des avions à réaction Phantom, un Lancaster B17 de la seconde Guerre Mondiale, et bien d'autres maquettes.

Aujourd'hui âgé de 82 ans et natif de la commune, Louis Ame passe son temps entre ces maquettes et l'écriture d'un roman sur sa jeunesse. Mais son projet immédiat de construction est un camion de plus de trois mètres, monté sur une plate-forme de remorque pour l'exposition. Les pneus sont remplacés par des roues de tondeuse, et il sera décoré avec des Indiens, des bisons et des rocheuses. Tout un programme. (source: Ouest France)

 


<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 3 sur 16