Edito

Ami lecteur bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue sur ce vol direct à destination des Etats-Unis d'Amérique, et de la mythique Route 66.  Ce voyage vous emmènera de Chicago (dans l'Illinois) à Santa Monica (en Californie).

Alexis

Musique

Partager !
FacebookTwitterDiggGoogle BookmarksLinkedin

Le Cadillac Ranch

En 1974 est réalisée l'œuvre la plus célèbre du groupe "Ant Farm" mais aussi une des œuvres qui ont profondément marqué l'art du XXème siècle.Cette installation près de la mythique Route 66 à Amarillo dans le Texas de 10 avant de Cadillac alignés dans le désert enterrés partiellement, plantées à la verticale comme ne pouvant venir d'aucune source humaine à été réalisée sous la demande de Stanley Marsh III. Cette installation sera utilisée dans la publicité mais aussi dans la musique, mise en chanson par Bruce Springsteen, et fut même comparée à Stonehedge. Cette installation du groupe joue avec le culte de l'objet et la dimension iconique de la voiture dans le mode de vie quotidienne de la société américaine, témoignant aussi d'une société industrielle en déclin.Elle se rapproche par là des œuvres de Michael Heizer ou de Robert Smithson.

Cadillac Ranch - route 66

Le Cadillac Ranch

 

A propos de Ant Farm :

Groupe considéré comme pionnier dans l'utilisation des arts multimédias, le collectif d'artistes Ant Farm s'exprime par le biais de la vidéos, d'installation ou de performances. Sa réflexion est portée sur une critique acerbe de la société américaine et de sa politique. Tirant le nom de leur groupe du mode de construction des fourmis, les architectes d'Ant FArm s'affirment comme un groupe "underground". Leurs projets s'attachent à montrer les vices de la culture américaine, et notamment ses obsessions consuméristes.Les icônes de cette société , télévision, voiture, sont utilisés et détournées, leur utilisation quotidienne envahissant pour la société américaine est mise en avant. L'utilisation récurrente du gonflable dans les performances du groupe, technologie qui voit le jour dans les années 1960-70 fait montre d'une opposition catégorique au mode de vie et d'architecture sédentaire, le gonflable étant par essence un objet de l'éphémère, mobile à souhait. Leurs influences sont diverses, parmi lesquelles comptent les modes de vie nomades, les performances chorégraphiques d'Anna at Laurence Halprin, Buckminster Fuller, Paolo Soleri ou encore Archigram. Leur travail développe l'architecture en tant qu'espace de communication. L'œuvre d'Ant Farm qui a le plus marqué l'art du XXème siècle est la performance Cadillac Ranch, installée au Texas près de la célèbre Route 66, présentant 10 avant de Cadillac plantés dans le sol du désert à la verticale, sorte de contre-hommage à l'icône de la société de consommation américaine, qui fut reprise notamment par la publicité.




 

 


Fameux duel sur la 66

Nous sommes à Springfield dans le Missouri.

Il est facile de suivre la route 66 à Springfield, au Missouri, et manquer les deux médaillons en laiton apposée au ras de la rue qui était autrefois la place du village. Les plaques circulaires intégrés dans la chaussée marque l'emplacement d'une fusillade qui fût l'une des fusillades les plus marquante dans l'histoire du Far West et qui a été joué à maintes reprises dans des films comme High Noon avec Gary Cooper.
Les deux participants au duel étaient Davis Tutt, un cow-boy local Springfield, et James Butler, qui peu de temps après le face-off est devenu connu sous le nom de Wild Bill Hickok.

Wild Bill Hickok vs. Dave Tutt par Andy Thomas
Wild Bill Hickok vs. Dave Tutt
par Andy Thomas


L'une des plaques est ainsi libellé: "Ici, Dave Tutt tombé après avoir été abattu par James Butler 'Wild Bill Hickok' le 21 juillet 1865 sur une dette de jeu. Hickok était à 75 mètres au sud-est."

 

 

Plus d'info sur ce site (en anglais)




 

 


Les Raisins de la colère

La route 66 est un des lieux principaux de l'action du grand roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère. Le roman est publié en avril 1939 par Viking. Le Roman devient aussitôt un best-seller. Les droits d'adaptation sont acquis pour la somme de 75000 dollars. Le livre "Les Raisins de la colère" permettra à John Steinbeck d'obtenir le prix Pulitzer en 1940.

L'histoire

L'histoire débute au moment où Tom Joad sort de prison. Tandis qu'il retourne chez lui, il rencontre un ancien prédicateur, Jim Casy, dont il a gardé des souvenirs d'enfance. Les deux font la route ensemble. Alors qu'ils arrivent à la ferme familiale, ils s'aperçoivent que celle-ci a été désertée. Déconcertés et confus, Tom et Jim décident d'aller chez l'Oncle John où ils retrouvent les autres Joad. Ces derniers sont en train de charger un camion Hudson converti avec ce qui leur reste de biens. Les cultures ont été anéanties par le Dust Bowl et la famille n'a par conséquent pas pu honorer ses dettes. Chassés de chez eux, ils espèrent que la situation s'arrangera en Californie grâce aux feuillets qui sont distribués un peu partout dans leur État : ils pensent que, là-bas, ils auront à manger et gagneront assez d'argent pour vivre. Séduits, par cette publicité, les Joad décident d'investir tout ce qui leur reste dans ce voyage. Bien que ce projet enfreigne les termes de sa liberté conditionnelle, Tom décide de partir avec sa famille. L'ancien pasteur Jim se joint également à la famille.

Les Joad empruntent la Route 66 pour aller vers l'ouest. Le grand-père de la famille meurt peu après le départ. Les Joad découvrent que la route est saturée par d'autres familles partant pour la Californie. Dans des camps de fortune dressés au bord de la route, ils entendent l'histoire d'autres familles, dont certaines reviennent de Californie. Les Joad ne veulent pas admettre que les promesses auxquelles ils croient ne seront pas tenues. Juste avant la frontière, Noah (l'aîné des fils Joad) quitte la famille pour rester vivre au bord d'un ruisseau, et la grand-mère de la famille meurt pendant la traversée du désert. En arrivant en Californie, Connie (le mari de Rose of Sharon, la fille Joad, qui est enceinte) quitte la famille. Le restant de la famille, dirigé par Ma, n'a pas d'autre choix que de poursuivre sa route.

A leur arrivée, ils s'aperçoivent qu'ils ne gagneront jamais beaucoup d'argent car il y a trop de travailleurs et les fermiers importants de la région ne les respectent pas tandis que les plus petits font faillite. Les fermiers profitent du grand nombre d'émigrants pour baisser les salaires. Les familles émigrantes vivent dans des camps de fortune provisoires appelés Hooverville. Il y a un peu d'espoir au camp de Weedpatch, un camp propre tenu par la FSA. Le camp déplait cependant aux autorités locales qui ne cessent de harceler et de provoquer les nouveaux venus.

Les travailleurs étant exploités, des individus essayent de les faire intégrer des syndicats ; Jim Casy, qui a fait de la prison pour couvrir Tom qui avait agressé un shérif, est l'un d'entre eux. Les Joad sont sans le savoir des briseurs de grève sur une exploitation de pêchers. Lors d'une manifestation, Tom voit le pasteur Jim se faire tuer et il tue à son tour le meurtrier de son ami. Il devient un fugitif. Il fait ses adieux à sa mère et lui promet de défendre les opprimés où qu'il soit. Rose donne naissance à un bébé mort-né. Ma garde cependant son sang froid et force la famille à faire face. Quand la pluie arrive, l'abri des Joad est détruit. Ils entrent dans une grange située sur un terrain plus élevé. Rose donne le sein à un homme qui est devenu trop faible pour manger autrement.

Le film (1940)

Les Raisins de la colère a été adapté en film par John Ford en 1940.(En savoir plus sur le DVD : Les raisins de la colère)


La bande annonce



Au casting, on retrouve notamment : Henry Fonda (vu dans Le jour le plus long, Mon nom est Personne,...) Jane Darwell (vue dans Autant en Emporte le Vent, Mary Poppins,...) John Carradine (le père de David Carradine) Charley Grapewin Dorris Bowdon Russell Simpson O.Z. Whitehead John Qualen Eddie Quillan Zeffie Tilbury

Hooverville ??

Dans le résumé de l'histoire, vous avez pu lire le mot "Hooverville". Hooverville est un terme anglais désignant une série de bidonvilles apparus aux États-Unis au cours de la Grande Dépression, de 1929 jusque dans les années 1940. Le terme "Hooverville" a été créé sur la base du nom du 31e président des États-Unis, Herbert Hoover, en exercice au début de la Grande Dépression. Ces villages, implantés la plupart du temps sur terrains publics ou abandonnés, étaient constitués de tentes ou de cabanons habités par les chômeurs et les sans-abris de cette période de crise économique.
Ces villages ne furent pas reconnus par le gouvernement et furent donc périodiquement démantelés pour occupation illégale de terrains privés.Si certains des hommes contraints de vivre dans ces bidonvilles étaient capables de construire eux-mêmes une maison en dur, la plupart d'entre eux en étaient réduits à utiliser du bois, du carton, des plaques de tôle, des tuyaux ou tout autre matériel disponible.


Hooverville le long de la rivière Willamette à Portland, Oregon


La famine et l'extrême pauvreté ont conduit les occupants des Hooverville à la mendicité et à des affrontements avec les forces de l'ordre.
D'autres termes nés à cette époque nous sont parvenus comme "Hoover blanket" (un vieux journal utilisé comme une couverture) et "Hoover flag" (une poche de pantalon retroussée dedans-dehors).
Le plus grand hooverville se trouvait dans la ville de Saint-Louis (Missouri) et comptait environ 1000 personnes. Celui de New York se trouvait entre la 72e et la 110e Rue.




 

 


<< Début < Précédent 11 12 13 14 15 16 Suivant > Fin >>

Page 14 sur 16